BYpass gastrique

Définition

Le bypass gastrique est la technique la plus réalisée en Europe pour le traitement de l’obésité morbide.  Il bénéficie d’un recul supérieur à 20 ans. Cette technique combine une restriction importante provoquée par la création d’une petite poche gastrique (environ 30cc) avec une malabsorption des aliments.  Une anastomose (suture) entre la petite poche gastrique et l’intestin grêle permet aux aliments d’être moins exposés aux enzymes digestives (produites par le foie et le pancréas) et par conséquent d’être moins bien digérés.

Le by-pass s’adresse préférentiellement aux patients qui souffrent de reflux gastro-oesophagien (brûlant), diabétiques ou ayant une alimentation basée sur le grignotage.

Le temps opératoire est approximativement de 90 minutes.

 

Résultats évalués à long terme

Perte d’environs 60-80% de la surcharge pondérale dans les 12 à 18 mois qui suivent l’intervention.

Rémission ou amélioration du diabète.

Avantages

Perte de poids importante.

Confort alimentaire et pas d’aliments interdits en dehors d’une alimentation saine et équilibrée.

Amélioration rapide de la qualité de vie.

Guérit le reflux gastro-oesophagien.

Réversible.

BYPASS GASTRIQUE.tif

 

 

Inconvénients

Dumping syndrome précoce : ensemble de symptômes incluant sudation importante, douleur abdominale voir diarrhées, sensation de fatigue importante et palpitations liées à l’ingestion d’aliments sucrés.

Dumping syndrome tardif : hypoglycémies 2-3 heures après l’ingestion d’aliments sucrés.

Supplémentation vitaminique.

 

 

Complications

- Fistule : la complication post-opératoire la plus redoutable. Il s'agit d'une fuite de liquide digestif au niveau des  lignes d'agrafage, cause de péritonite.  Elle survient essentiellement les premiers jours qui suivent l’intervention.  Le risque global est estimé à maximum 6%.  Dans un centre spécialisé, comme le Centre de l’obésité du CHU de Liège, le risque est évalué à 0,25%.

- Hémorragie précoce

Faibles taux (0,45% dans une équipe bien entrainée).

Risques d’occlusion intestinale.

Ulcère de la suture entre l’estomac et l’intestin (majoré par les anti-inflammatoires et le tabagisme).

BYPASS GASTRIQUE

Définition

Le bypass gastrique est la technique la plus réalisée en Europe pour le traitement de l’obésité morbide.  Il bénéficie d’un recul supérieur à 20 ans. Cette technique combine une restriction importante provoquée par la création d’une petite poche gastrique (environ 30cc) avec une malabsorption des aliments.  Une anastomose (suture) entre la petite poche gastrique et l’intestin grêle permet aux aliments d’être moins exposés aux enzymes digestives (produites par le foie et le pancréas) et par conséquent d’être moins bien digérés.

Le bypass s’adresse préférentiellement aux patients qui souffrent de reflux gastro-oesophagien (brûlant), diabétiques ou ayant une alimentation basée sur le grignotage.

Le temps opératoire est approximativement de 90 minutes.

 

Résultats évalués à long terme

• Perte d’environs 60-80% de la surcharge pondérale dans les 12 à 18 mois qui suivent l’intervention.

• Rémission ou amélioration du diabète.

​Avantages

• Perte de poids importante.

• Confort alimentaire et pas d’aliments interdits en dehors d’une alimentation saine et équilibrée.

• Amélioration rapide de la qualité de vie.

• Guérit le reflux gastro-oesophagien.

• Réversible.

BYPASS GASTRIQUE.tif

Inconvénients

• Dumping syndrome précoce : ensemble de symptômes incluant sudation importante, douleur abdominale voir diarrhées, sensation de fatigue importante et palpitations liées à l’ingestion d’aliments sucrés.

• Dumping syndrome tardif : hypoglycémies 2-3 heures après l’ingestion d’aliments sucrés.

• Supplémentation vitaminique.

 

 

Complications

• Taux limité (0,45%) dans une équipe bien entrainée.
• Fistule : la  complication post-opératoire la plus redoutable.Il s’agit d’une fuite de liquide digestif au niveau des lignes d’agrafage,cause de péritonite.Elle survient essentiellement les premiers jours qui suivent l’intervention.Le risque global est estimé à maximum 6%. Dans un centre spécialisé comme le centre de l’obésité du CHU de Liège, le risque est inférieur à 0.25%.
• Hémorragie précoce : Faibles taux (0,45% dans une équipe bien entraînée).
• Risque d’occlusion intestinale.
• Ulcère de la suture entre l’estomac et l’intestin (majoré par les anti-inflammatoires et le tabagisme).